La route du blues, l’histoire des Etats-Unis en musique

trompettiste blues-Nouvelle Orléans

Le blues est avant tout une histoire, celle des générations d’afro-américains ayant fui l’esclavagisme et la ségrégation en espérant faire fortune dans les états du nord des Etats-Unis. Nombre d’entre eux étaient des musiciens de blues. En route pour le fleuve Mississipi, véritable colonne vertébrale de 3780 km de la route du blues pour remonter le temps.

La Nouvelle Orléans, berceau du blues

Votre route du blues commence à la Nouvelle Orléans, en Louisiane, une ville particulièrement inspirante pour les artistes dès le 19e siècle, qui l’appréciaient pour ses nombreux lieux de loisirs et de plaisirs. Rendez-vous à Bourbon Street, dans le vieux Quartier Français, une étape incontournable de la route pour s’imprégner de l’atmosphère qui régnait à l’époque. Une multitude de bars musicaux, d’authentiques boîtes de jazz et de bars à blues bordent ou jouxtent la rue.

Du coton au blues

Votre chemin prend la direction du nord du mythique delta du Mississipi, pour une immersion dans l’univers des esclaves des champs de coton. Reconvertis en musées, ces plantations témoignent de la naissance du blues, chanté par les travailleurs pour se donner du courage.

Si vous vous rendez aux alentours de Clarksdale, on vous racontera sûrement qu’il existe un carrefour où la légende veut que le guitariste et chanteur de blues américain Robert Johnson ait vendu son âme au diable pour devenir un virtuose de la guitare…

Sur la route de Memphis

Poursuivez jusqu’à Memphis, dans le Tennessee, également une grande capitale du blues. À Beale Street, les clubs défilent sous vos yeux, et notamment celui de BB King… Votre prochain arrêt ? Saint-Louis, dans le Missouri, pour visiter le National Museum of Blues. Ici, le blues livre ses derniers secrets.

Chicago, la fin du parcours

Votre parcours prend fin à Chicago, dans l’état de l’Illinois. Bordée par le lac Michigan, la mégalopole est considérée comme un lieu sacré du blues par les initiés. C’est en effet là que le blues typique, dit « Delta Blues » (guitare acoustique et harmonica) a pris un virage artistique, avec le courant du « Chicago Blues », un blues auquel ont été ajoutés de la guitare électrique, de la guitare basse, de la batterie, du piano, voire des cuivres.

Posté par :

Publié le : 29 août 2014

Vus : 1823

Un commentaire pour : La route du blues, l’histoire des Etats-Unis en musique

  1. Coralie dit :

    Merci pour vos conseils. J’ai hâte de préparer mon voyage aux Etats-Unis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *